post

En utilisant pour la première fois un modèle animal de leucémie aigüe myéloïde (LAM), bâti à partir de cellules de patients, des chercheurs ont pu expliquer pourquoi et comment les patients rechutent…

On pensait jusqu’à présent que les rechutes étaient liées à des cellules leucémiques dormantes non sensibles à la chimiothérapie. Grâce aux études menées par l’équipe RESIST@ML de l’unité INSERM/CNRS à Toulouse, il semblerait que la résistance des cellules leucémiques soit liée à une hyperactivité métabolique mitochondriale. De nouvelles recherches fondamentales vont devoir être menées de mieux comprendre les mécanismes cellulaire rendant la cellule leucémie résistante.

Ces recherches permettront sans doute des innovations dans le traitement de la LAM mais aussi dans d’autres cancers. En effet, cette hyperactivité mitochondriale “a également été décrite comme un facteur potentiel de résistance dans le lymphome à cellules B, dans les cancers de la prostate, du pancréas, ou encore dans le mélanome”.


Source : Inserm

imprimer