post

Alors que les compléments alimentaires en vitamines B sont notamment utilisés pour protéger des risques de cancer du poumon, leur consommation à long terme et à forte dose augmenterait au contraire son risque de développement ! C’est la conclusion à laquelle est arrivée une étude publiée dans la revue Journal of Clinical Oncology.

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont analysé les données de plus de 77000 personnes âgées entre 50 et 76 ans afin de recueillir des informations relatives à l’utilisation de la vitamine B sur 10 ans. Différents facteurs comme les mensurations, l’environnement social, le tabagisme, la consommation d’alcool et les antécédents médicaux ont été pris en compte.

Pour les femmes, une complémentation en vitamines B6 et B12 n’était associée à aucun risque de cancer de poumon. Mais pour les hommes qui prenaient plus de 20 mg de vitamine B6 et 55µg de vitamine B12 sur 10 ans, le risque de cancer de poumon était doublé. Pour les fumeurs, le risque est encore plus élevé : pour les sur-consommateurs de vitamine B6, le risque était triplé et pour ceux de vitamine B12, le risque était quadruplé !

L’alimentation seule ne permet pas d’atteindre ces seuils à risque mais ils peuvent être facilement atteints avec des compléments alimentaires librement accessibles.


Sources : Journal of Clinical Oncologyfréquence médicalefranceinfo:

imprimer