post

Quels sont les perceptions et les comportements liés au tabagisme en France ? L’étude DePICT (Description des Perceptions, Images et Comportements liés au Tabac) a été mise en place pour répondre le plus précisément possible à cette question. Les données recueillies au cours de cette enquête aideront à construire et mettre en place des politiques de prévention plus efficaces.

 À partir du 22 août et jusqu’à la mi-novembre, 6 000 personnes seront interrogées par téléphone sur leur perception du tabagisme, dans le cadre d’une étude scientifique Inserm commandée par l’INCa.  En acceptant de répondre aux questions de l’étude DePICT (Description des Perceptions, Images et Comportements liés au Tabac), ces 6 000 personnes vont contribuer à une meilleure compréhension de l’évolution des attitudes et des conduites liées au tabagisme, notamment dans le cadre de l’introduction des paquets de tabac neutres. L’analyse de leurs réponses permettra d’aider la prise de décision en matière de lutte contre le tabagisme.
En pratique, l’étude inclura 4 000 adultes (18-64 ans) et 2 000 jeunes (12-17 ans) représentatifs de la population française. Elle sera réalisée par téléphone, en partenariat avec l’institut MV2. Les foyers seront appelés au hasard par un ordinateur, à partir d’une base de numéros de téléphone filaires et mobiles, générée pour obtenir un échantillon représentatif de la population française.

Pourquoi inclure de si jeunes participants ?

Parce que le tabagisme démarre généralement à l’adolescence et que sa prévention doit donc cibler les “très” jeunes. Plusieurs études ont en effet montré une hausse du tabagisme parmi les adolescents ces dernières années en France, après plus de dix ans de forte baisse. Avec 38% de fumeurs à 16 ans, la France est parmi les pays où la prévalence du tabagisme chez les jeunes est la plus élevée en Europe. Comprendre les perceptions du tabagisme et les déterminants des comportements des jeunes vis-à-vis du tabac permettra de mettre en place des politiques de prévention efficaces.


Source : Inserm

imprimer