post

L’arrêté du 04/05/2018 paru au JO du 06/05/2018 ajoute le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus dans les programmes de santé au sens de l’article L. 1411-6 du code de la santé publique qui comportait déjà le programme de dépistage organisé du cancer du sein (depuis 2004) et le programme de dépistage organisé du cancer colorectal (depuis 2009).

Le cahier des charges figurant en annexe 5 de l’arrêté du 29 septembre 2006 relatif aux programmes de dépistage des cancers, fixe les modalités de mise en œuvre de ce programme de dépistage organisé. Il est recommandé aux femmes asymptomatiques de 25 à 65 ans, incluant les femmes enceintes et les femmes ménopausées. Il doit être réalisé tous les 3 ans après 2 frottis normaux à 1 an d’intervalle.

Mis en œuvre par des structures en charge de la gestion des dépistages organisés des cancers, il consiste en :

  • l’envoi d’invitation et de relance en direction des femmes n’ayant pas participé spontanément au dépistage dans les trois dernières années ;
  • le suivi de l’ensemble des femmes dont le test de dépistage est positif (qu’elles aient participé spontanément ou qu’elles aient été invitées par courrier à participer au dépistage) ;
  • la rationalisation des pratiques de dépistage et l’amélioration des pratiques professionnelles (intervalles entre deux tests, suivi adapté des femmes présentant un résultat anormal/ positif, etc.) ;
  • la mise en place d’actions spécifiques ou de stratégies complémentaires (accompagnement au dépistage, médiation sanitaire, auto-prélèvements, unités mobiles, etc.) en direction de populations vulnérables et/ ou très éloignées du système de santé ;
  • la diversification de l’offre de prélèvement s’appuyant sur les médecins généralistes, les gynécologues, les sages-femmes et d’autres professionnels de santé par des actions de formations et d’assurance qualité des prélèvements ainsi que des actions d’information en direction des professionnels et des femmes.

L’examen cytopathologique de dépistage de prélèvement du col de l’utérus fait l’objet d’une prise en charge intégrale par l’Assurance Maladie sans avance de frais, sur présentation du courrier d’invitation au programme.

En France, le dépistage du cancer du col de l’utérus est majoritairement individuel. Sa généralisation fait partie des objectifs prioritaires du Plan cancer 2014-2019. Une étude médico-économique en deux phases réalisée par l’INCa a démontré l’intérêt d’instaurer un programme national de dépistage organisé du cancer du col utérin ainsi qu’un programme d’invitation et relance des femmes non participantes. L’objectif de cette mesure étant la baisse de l’incidence et de la mortalité liées à ce cancer. Chaque année 3 000 femmes sont touchées par le cancer du col de l’utérus et 1 100 en décèdent.


Source : INCa

imprimer