post

Le dernier numéro du Bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France a pour thème “L’évaluation des expositions professionnelles : un levier pour la prévention”. Au sommaire de ce dossier, figure un article sur les “expositions professionnelles à des agents cancérigènes respiratoires chez les salariés en 2010”.

Voici le résumé de l’article :

Introduction

Les cancers respiratoires sont les plus fréquents des cancers professionnels, mais très peu de données sont disponibles pour quantifier l’exposition professionnelle aux cancérogènes respiratoires. L’objectif de ce travail était d’évaluer en France la proportion de salariés exposés à des agents cancérogènes respiratoires et d’identifier les groupes professionnels les plus exposés, à des fins de prévention.

Méthode

À partir des données de l’enquête Sumer 2009-2010 sur l’exposition des salariés en France, Santé publique France a calculé des proportions de salariés exposés à des cancérogènes respiratoires selon le secteur d’activité et la famille professionnelle. Les agents cancérogènes respiratoires sélectionnés sont les rayonnements ionisants et 15 cancérogènes chimiques respiratoires, différenciés selon leur action au niveau de l’appareil broncho-pulmonaire ou de la sphère ORL.

Résultats

En France, en 2010, environ 2 millions de salariés (environ 1,7 million d’hommes et 300 000 femmes) ont été exposés à au moins un cancérogène de l’appareil respiratoire et 22% d’entre eux avaient au moins une double exposition. Si chez les hommes, les secteurs de la construction, de la réparation automobile et du transport et de l’entreposage sont prépondérants et impliquent essentiellement des agents chimiques, chez les femmes, l’exposition se concentre dans le secteur de la santé où sont présents les rayonnements ionisants en plus des agents chimiques.

Discussion – conclusion

Cette étude a permis de quantifier un effectif important de salariés exposés à des cancérogènes respiratoires en France, en particulier dans certains secteurs et groupes professionnels. Une meilleure connaissance des protections mises en place dans ces secteurs et professions sont nécessaires pour assurer une prévention adéquate à ces risques cancérogènes.

 

Pour télécharger l’article :

(pdf – 315 Ko)


Source : BEH
imprimer