post

2,6 millions de salariés exposés à “au moins une nuisance cancérogène”

Dans son dernier numéro, le Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire de Santé publique France présente une nouvelle exploitation des données d’une enquête réalisée en 2009-2010 sur l’exposition des salariés en France (échantillon de 48 000 salariés).

Les facteurs professionnels susceptibles d’augmenter les risques de cancer sont généralement étudiés séparément les uns des autres, alors que les expositions aux agents cancérogènes sont souvent multiples. L’objectif de ce travail était de fournir des indicateurs d’exposition des salariés à un ensemble de cancérogènes, chimiques ou non, et d’identifier des groupes de salariés particulièrement exposés à des fins de prévention.

En France, en 2009-2010, 12,0% des salariés – environ 2,6 millions, 2 millions d’hommes (17%) et 600 000 femmes (5,9%) – ont été exposés à leur poste de travail à au moins une nuisance cancérogène (chimique ou non), et environ 757 000 salariés présentaient une exposition à au moins deux cancérogènes (5,7% chez les hommes et 0,9% chez les femmes). Chez les hommes, les nuisances les plus fréquentes étaient les émissions de moteurs diesel, les huiles minérales entières, les poussières de bois et la silice cristalline ; chez les femmes, les plus fréquentes étaient le travail de nuit, l’exposition aux rayonnements ionisants, puis au formaldéhyde et aux médicaments cytostatiques. Les salariés concernés étaient principalement des hommes ouvriers du bâtiment et des travaux publics, de la maintenance, du travail des métaux, des transports et de la réparation automobile, ainsi que des femmes des professions de santé (infirmières, sages-femmes et aides-soignantes), des coiffeuses, esthéticiennes et du personnel des industries de process.

Cette étude montre une exposition et une multi-exposition assez fréquentes des salariés à des nuisances cancérogènes en France, particulièrement chez les hommes, et indique certains secteurs et familles professionnels prioritaires pour une prévention ciblée des risques cancérogènes.


Source : Fréry N, Moisan F, Schwaab Y, Garnier R. Exposition des salariés à de multiples nuisances cancérogènes en 2010.
Bull Epidémiol Hebd. 2017;(13):242-9. http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2017/13/2017_13_2.html

post

Dispositif national de surveillance des mésothéliomes intégrant la surveillance de leurs expositions

Ce rapport présente le travail d’un groupe d’experts piloté par Santé publique France, en collaboration avec l’Institut national du cancer (INCa). Sur la base d’un état des lieux des systèmes et après avoir défini les enjeux de surveillance pour les prochaines années, le groupe recommande la mise en place d’un dispositif national de surveillance des mésothéliomes et de leurs expositions intégrant la surveillance médico-sociale (DNSM).

Ce nouveau dispositif, qui sera mis en place par Santé publique France en lien avec l’INCa, garantira la conservation des acquis et répondra aux nouveaux enjeux, notamment au renforcement des connaissances sur les cas extrapleuraux et leurs expositions. L’articulation entre la surveillance et la recherche sera renforcée : les équipes de recherche du PNSM et de MESONAT seront partenaires du DNSM ; l’ouverture à d’autres équipes sera développée.

La construction du DNSM se fera en lien avec le développement de la MESOBANK et la labellisation des réseaux cancers rares en 2018. Les connaissances produites seront régulièrement valorisées et pourront être prises en compte dans les actions de prévention, notamment d’information sur le risque amiante en population générale et au travail.

Elles permettront de suivre la sous-déclaration en maladie professionnelle et de contribuer au renforcement de l’information des patients sur leurs droits en matière de reconnaissance et à la promotion de l’information auprès des professionnels de santé. La visibilité internationale sera également un objectif. L’ensemble de ces travaux entre pleinement dans le cadre des actions dédiées des plans gouvernementaux cancer, santé environnement et santé travail.

synthèse (pdf – 312 Ko)

rapport (pdf – 2,1 Mo)

 

 

 

 

 


source : Santé publique France

post

Maladies professionnelles : 2 cancers ajoutés

Deux cancers liés à l’exposition à des substances polluantes ont rejoint la liste des maladies professionnelles via un décret publié le 7 mai dans le Journal officiel :

  • Le carcinome hépatocellulaire qui est causé par l’exposition au chlorure de vinyle monomère. Cette substance est notamment utilisée dans la fabrication de PVC ou de bombes aérosols. Le délai de prise en charge est de 30 ans sous réserve d’une exposition d’au moins 6 mois.
  • La leucémie myéloïde chronique qui est associée à la production, au transport, à la logistique et à l’utilisation des produits contenant du butadiène, gaz inflammable notamment utilisé dans les usines de caoutchouc, de nylon et dans le raffinage pétrolier. Le délai de prise en charge est de 20 ans.

Pour télécharger le décret :


Sources : Le quotidien du médecin et Légifrance