post

Depuis 4 ans, l’association Elles Dansent a pour ambition de permettre aux femmes touchées par le cancer de trouver par la danse une voie vers un mieux être. L’association propose plusieurs cours hebdomadaires, des stages et aussi des interventions directement au sein des hôpitaux, au plus près des malades.

Aude Michon, à l’origine de l’association, nous en dit un peu plus.

ONCORIF : Comment vous est venue l’idée de créer des cours de danse dédiés aux femmes touchées par le cancer ?
Aude : A l’origine, c’est en créant un festival de danses latines mettant à l’honneur les femmes et l’expression du féminin dans les danses et les musiques latines, que m’est venue l’idée d’associer à cet événement culturel et artistique, une action solidaire au bénéfice des femmes fragilisées. J’ai alors proposé de donner des cours gratuits à l’association Étincelle à Issy-Les-Moulineaux qui accompagne les femmes atteintes de cancer. J’y ai été accueillie les bras ouverts. J’y ai trouvé ma place en très peu de temps et depuis, je n’ai cessé de développer les cours hebdomadaires de salsa et danses afro-caribéennes au bénéfice de ces femmes.

ONCORIF : Où intervenez-vous ?
Aude : J’enseigne 4 jours par semaine dans différents lieux (Saint-Louis, salles de la Mairie de Paris, Studio Harmonic) et j’interviens au chevet des malades à Gustave Roussy une semaine sur 2.

ONCORIF : Qui sont les personnes qui interviennent avec vous ?
Aude : Je suis seule à donner des cours réguliers pour le moment, 5h par semaine actuellement. En revanche, lors de stages et ateliers occasionnels, je fais intervenir des professeurs d’autres univers (afro, burlesque, musicalité, créativité collective, conseil en image…) de manière à ouvrir les horizons des participantes.

ONCORIF : Est-ce que ces cours sont réservés à ces femmes ou sont-ils « mixtes », c’est-à-dire aussi ouverts aux personnes non-atteintes ?
Aude : Les cours sont réservées à ces femmes et ouvert de manière exceptionnelle à des marraines/parrains non malades qui souhaiteraient suivre les cours aussi tout en soutenant leur filleule. Cela fonctionne très bien lors des stages. C’est plus rare en cours réguliers.

ONCORIF : Est-ce que l’enseignement pour ce type de public est différent ou spécifique ?
Aude : Mon enseignement est totalement spécifique à ce public. Il s’adapte à chaque cours : je tiens compte de leur état à chacune et à “chaque jour suffit sa peine”. Je n’ai d’autres objectifs que de les emmener dans un univers totalement dépaysant (à la fois ludique et sportif), tout en leur apportant un plus (physique, émotionnel, mental voire spirituel) adapté à leurs conditions du moment. Et les résultats sont étonnants !

ONCORIF : En plus des cours de danse, vous avez d’autres activités pour venir en aide à ces femmes ?
Aude : En parallèle des cours de salsa, j’interviens par la danse au chevet des personnes touchées par le cancer en longs séjours ou en soins palliatifs. Ces interventions dansées ont lieu actuellement à Gustave Roussy. Je suis présente 2h par séance au bénéfice des personnes malades mais aussi de leurs proches et du personnel présent dans les services où je danse. Il s’agit de danses improvisées ce qui permet une adaptation totale à l’environnement et aux demandes spécifiques (danse en chambre, danses partagées dans les couloirs…).

ONCORIF : Avez-vous des anecdotes à nous raconter ?
Aude : J’en ai au moins une par séance ! Une des plus marquantes, qui s’est reproduite quelques fois, c’est lorsqu’en plein cours, une femme enlève sa perruque énergiquement avec un immense sourire comme pour se débarrasser du superflu et revenir authentiquement à ce qu’elle est, une femme, et que l’assemblée entière applaudit.
Et puis ce sont à chaque cours les larmes et les rires que nous partageons grâce à la salsa et à la communauté qui s’est formée petit à petit. Les interventions dansées à Gustave Roussy provoquent des situations totalement inattendues : des corps épuisés qui se lèvent et se mettent à danser, des douleurs qui disparaissent, des sourires spontanés là où il n’y avait que tristesse quelques secondes auparavant, des larmes de joie… La magie de la vie !


Pour en savoir plus : Elles Dansent

imprimer