Baisse du dépistage du cancer du sein : les gynécologues inquiets

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a annoncé le lancement d’une campagne en faveur du dépistage du cancer du sein lors d’une conférence de presse, ce 21 juin à Paris.

Le diagnostic du cancer du sein à un stade précoce est vital, Il permet de repérer des tumeurs plus petites et donc plus facilement guérissables, sans ablation du sein (mastectomie) ou chimiothérapie. Or, les femmes françaises semblent bouder ce dépistage organisé : En 2016, à peine 52 % des femmes de 50 à 74 ans, invitées à y participer l’ont réalisé, soit quelques 2,5 millions de femmes. Cette désaffection a notamment été nourrie par les controverses et amalgames qui l’entourent avec notamment le risque de sur-diagnostic. Si le CNGOF reconnaît que ce dernier est possible, il estime que les avantages du dépistage dépassent largement ses inconvénients, en permettant d’éviter 20% des décès.


Sources : fréquence médicale  – franceinfo: