post

Deuxième cancer le plus meurtrier, le cancer colorectal se développe de façon sporadique dans 80 % des cas. Il survient aussi dans un contexte familial (15 %) ou peut être lié à des prédispositions génétiques (5 %). Un dépistage efficace permet de le diagnostiquer à un stade précoce et d’avoir un très bon taux de survie. La HAS vient de publier une fiche mémo à destination des médecins traitants pour rappeler les modalités de dépistage et de prévention chez les personnes à risque.

A cette occasion, le webzine de la HAS publie un article sur le dépistage de ce type de cancer.

Les facteurs de risque

Les principaux facteurs de risque du cancer colorectal sont l’âge (90 % sont diagnostiqués à partir de 50 ans), les antécédents familiaux ou personnels, l’existence d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin, les pathologies liées à une mutation génétique et le mode de vie (IMC élevé, alimentation riche en viande rouge et charcuterie et pauvre en fibres, consommation d’alcool et de tabac…). Ces facteurs vont permettre de classer les patients en 3 niveaux de risque allant de moyen à très élevé et conditionner la stratégie de dépistage.

Le dépistage

Pour les personnes à risque moyen, un dépistage organisé national est mis en œuvre, reposant sur un test immunologique de recherche de sang occulte dans les selles, suivi d’une coloscopie en cas de résultat positif.

Pour celles à risques élevé et très élevé, le dépistage est individualisé et les patients seront orientés vers des consultations spécialisées avec la coloscopie comme examen de référence.

Le rôle du médecin traitant dans le dépistage

Le médecin traitant a un rôle clef à chacune des étapes du parcours. Dans le dispositif de dépistage, il évalue le niveau de risque de cancer colorectal de ses patients (antécédents personnels et familiaux, symptômes ou signes fonctionnels digestifs), oriente vers la bonne filière de dépistage et propose une modalité de dépistage et de suivi adaptée.

La fiche mémo

La fiche mémo s’adresse aux médecins généralistes, gastro-entérologues, radiologues, anesthésistes et chirurgiens viscéraux afin de faire le point sur les modalités de dépistage et de prévention du cancer colorectal. Elle est accompagnée d’un rapport d’élaboration.


La fiche mémo
(pdf – 0,2 Mo)

Le rapport d’élaboration
(pdf – 2,5 Mo)

Pour en savoir plus : Le webzine de la HAS

imprimer