15 février : journée internationale du cancer de l’enfant, de l’adolescent et du jeune adulte.

Journée internationale du cancer de l’enfant

Lancée en 2001 par le réseau d’associations Childhood Cancer International, cette journée annuelle permet de sensibiliser autour des tumeurs de l’enfant, de l’adolescent et du jeune adulte.

Cancers de l’enfant, de l’adolescent et du jeune adulte, de quoi parle-t-on ?

Chaque année en France, 2 500 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chez les moins de 25 ans. Si le cancer chez l’enfant est une maladie rare qui représente, dans les pays développés, 1 à 2 % de l’ensemble des cancers, il convient de faire une distinction tant sur la forme que sur le fond, en fonction de l’âge…

Le cancer des enfants

En France, 2 200 enfants de 0 à 17 ans sont nouvellement atteints chaque année par un cancer. Chez les moins de 15 ans, les cancers les plus fréquents sont :

  • Les leucémies (29 %),
  • Les tumeurs du système nerveux central (25 %) et les lymphomes (10 %).

Les 0-18 ans, bénéficient d’une prise en charge dite « oncopédiatrique », organisée dans des centres spécialisés au sein de chaque région et qui répondent à des critères d’agrément spécifiques.

Le cancer des Adolescents et Jeunes Adultes

Le terme « adolescents et jeunes adultes » (AJA) comprend les 15-24 ans inclus. Une centaine de tumeurs très différentes peuvent advenir dans cette tranche d’âge. 

En effet, les AJA peuvent être à la fois touchés par des tumeurs de type “pédiatrique”, mais aussi par des tumeurs caractéristiques de leur âge (ostéosarcomes, sarcome d’Ewing, lymphomes, tumeurs germinales) et par des tumeurs de type “adulte” (thyroïde, sein, mélanomes …).

Aussi, entre 15 et 18 ans, ils sont orientés soit en oncopédiatrie soit en « AJA », des structures qui proposent une approche médicale centrée sur la pathologie, mais aussi plus globale et pluridisciplinaire, adaptée à ces jeunes patients.

Quel taux de guérison ?

Le taux de survie à 5 ans, souvent synonyme de guérison, dépasse désormais les 80%. Pour autant, le cancer reste la première cause de décès par maladie chez les enfants de plus de 1 an et deux tiers de ceux qui ont survécu ont ou auront des séquelles de leur traitement. 

Pour les cancers des AJA, la survie à 5 ans est d’environ 88 % tous types de cancers confondus, avec des disparités selon l’âge et le type de tumeur.