post

L’INCa vient de publier les préconisations du GRED quant au cadre éthique devant entourer la généralisation du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus.

Voici le résumé des préconisations :

“En 2015, le Groupe de réflexion sur l’éthique du dépistage (GRED) a été saisi pour mener une réflexion sur la mise en place du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus en parallèle d’une étude médico-économique conduite par l’INCa. L’objectif du présent rapport est d’apporter un éclairage éthique sur les stratégies proposées pour organiser le dépistage ainsi que sur les points de vigilance à considérer.

Le dépistage par frottis cervico-utérin (FCU) a montré son efficacité dans la réduction de l’incidence et de la mortalité. Cet impact est essentiellement fonction du taux de couverture obtenu et de la qualité du test.

En France, une large pratique du frottis à titre individuel a permis d’obtenir une importante diminution de l’incidence des cancers du col. Il a cependant été constaté des situations de sur-dépistage pour des femmes qui réalisent des frottis à un rythme trop rapproché ou trop précocement et, a contrario, des situations de sous-dépistage pour d’autres femmes.

Jusqu’à présent organisé à titre expérimental dans certains départements, le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus fait l’objet d’une généralisation à l’ensemble du territoire dans le cadre du Plan cancer 2014-2019. Ce programme doit permettre à la fois d’augmenter la couverture des femmes concernées et de réduire les inégalités d’accès et de recours au dépistage afin de réduire les pertes de chances vis-à-vis de ce cancer.

À l’occasion de la mise en place du programme national, la conception de dépistage organisé évolue d’une logique universelle, fondée sur l’égalité, vers une stratégie graduelle visant l’équité. Le programme tel que proposé concerne toutes les femmes de 25 à 65 ans, quel que soit le mode d’entrée dans le dépistage, et des actions ciblées sont envisagées pour les femmes risquant d’être moins sensibles au dépistage ou vulnérables.

Le GRED a émis les préconisations suivantes sur les points de vigilance à considérer dans les choix organisationnels :

  • respecter la liberté individuelle, en particulier assurer l’exercice de l’autonomie en s’appuyant sur des outils d’information et d’accompagnement adaptés ;
  • éviter les risques de stigmatisation dans les interventions ciblées afin de minimiser le sentiment de culpabilisation en étant vigilant sur la façon de communiquer ;
  • justifier le choix des actions ciblées et leur priorité en tenant compte des résultats des expérimentations. Ce processus décisionnel requiert une transparence dans les critères qui guideront les choix et l’allocation des ressources disponibles ;
  • organiser le parcours des femmes afin de garantir l’accès aux soins et limiter les risques de parcours incomplets et les pertes de chances ;
  • évaluer le dispositif pour anticiper les évolutions et assurer l’adaptabilité du programme. Ceci est d’autant plus important qu’une montée en charge progressive du dispositif, fondée sur des évaluations intermédiaires, est prévue.”

Pour lire l’ensemble des préconisations :


source : INCa

 

imprimer