post

La France compte près de 16 millions de fumeurs. Chaque année, le tabac est responsable de 73 000 décès en France, dont 45 000 par cancer. Il constitue ainsi le facteur de risque évitable de cancer le plus important. Le tabagisme est également l’un des facteurs principaux de risque de maladies cardiovasculaires, deuxième cause de mortalité en France.

Un des leviers pour réduire cette consommation du tabac est l’augmentation importante et rapide du prix du tabac qui a montré dans plusieurs pays son efficacité sur la consommation et la prévalence du tabagisme à moyen terme. Comme le souligne le Pr Dautzenberg, pneumologue et secrétaire général de l’Alliance contre le tabac, “ce qui est efficace, ce n’est pas le prix mais l’augmentation du prix du paquet”.

C’est par un communiqué de presse commun qu’Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé et Gérald Darmanin, Ministre de l’Action et des Comptes Publics, ont précisé ce jour le calendrier de mise en place de la hausse de la fiscalité du tabac qui a pour objectif d’aboutir à un paquet de tabac à 10 euros à horizon 2020 :

  • Une hausse de 1 € en mars 2018 ;
  • Deux hausses de 0,50 €, en avril et novembre 2019 ;
  • Deux hausses, respectivement de 0,50 € et 0,40 €, en avril et novembre 2020.

Cette augmentation sera accompagnée par une politique de prévention et sensibilisation à destination notamment des jeunes. Un plan de prévention et de réduction du tabagisme complétera les mesures existantes telles que l’interdiction de fumer dans les lieux publics et dans les aires de jeux pour enfants, l’interdiction des arômes et additifs particulièrement attractifs pour les jeunes, les aides au sevrage tabagique et le remboursement des substituts nicotiniques, ainsi que le « moi(s) sans tabac » qui encourage les fumeurs à s’arrêter.

Pour voir l’intégralité de l’interview du Pr Dautzenberg :

 

Pour télécharger le communiqué de presse :


(pdf – 348 Ko)


Sources : Ministère des Solidarités et de la santéfranceinfo:

imprimer