post

Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France publié ce 25 juin présente les résultats d’un projet collaboratif réunissant plus de 80 experts des principales institutions de recherche ou de santé publique françaises comme l’INCa, le CiRC ou Santé publique France. D’après ces travaux qui se sont concentrés sur la mesure de la part des cancers évitables afin de mieux guider la lutte et la prévention, 4 cancers sur 10 étaient attribuables à des facteurs de risques ou à l’environnement. Sur les 346 000 nouveaux diagnostiqués chez les adultes, ce sont donc 142 000 cas qui auraient pu être évités par des actions de prévention primaire, 

Les résultats soulignent à nouveau le poids de la consommation de tabac en France, cause de 20% des cancers en 2015. Aussi, la stratégie de réduction du tabagisme doit-elle être maintenue et renforcée dans les futurs plans de santé publique, ce qui est le cas avec la récente annonce de la ministre de la Santé d’un nouveau plan national de lutte contre le tabac.

L’alcool constitue la deuxième cause de cancer en France, responsable de 8% des nouveaux cas en 2015, suivi par l’alimentation (5,7%) chez les hommes et le surpoids et l’obésité (6,8%) chez les femmes. Pour autant, les actions de prévention ne sont à ce jour pas aussi développées que celles qui visent la réduction du tabagisme, ni pour ces autres grands facteurs de risque (alcool, alimentation, surpoids), ni pour d’autres comme l’exposition aux UV (risque solaire) ou certaines infections (HPV), pour lesquels existent pourtant des actions de prévention efficaces.

La prévention vis-à-vis des facteurs environnementaux ne doit pas non plus être négligée : les réglementations et recommandations qui fixent ou modifient des valeurs limites dans l’environnement et dans le milieu professionnel sont très efficaces pour diminuer les expositions. Ou encore, la mise à disposition d’espaces pour encourager l’activité physique (tels que des pistes cyclables bien aménagées ou les vélos en libre-service), permettant d’augmenter le niveau d’activité physique de la population et de réduire le surpoids.

Pour télécharger le BEH

(pdf – 1 Mo)


Source : Santé publique France

imprimer