La lutte contre les cancers pédiatriques en France

Le Pr Norbert Ifrah, président de l’Institut national du cancer et Monsieur Thierry Breton, son directeur général, font le point sur les enjeux, les actions et les perspectives de la lutte contre les cancers pédiatriques en France.

Chaque année en France, environ 1 850 enfants et 450 adolescents sont nouvellement atteints de cancer. Certes, le taux de survie à 5 ans, souvent synonyme de guérison, dépasse désormais 80 %, mais il faut encore faire mieux et les efforts doivent être accentués. Ils doivent porter en particulier dans le domaine de la recherche, afin de faire avancer les connaissances sur les cancers pédiatriques, leurs causes et origines et favoriser le développement de nouveaux traitements.

À cette occasion, l’Institut a publié un document « La lutte contre les cancers pédiatriques en
France : enjeux, actions et perspectives », présentant une vision d’ensemble et détaillée des actions déjà entreprises dans la lutte contre les cancers pédiatriques et des projets à venir. Au-delà de l’amélioration des taux de guérison ou de la survie globale, ces actions visent à transformer la qualité de vie pendant et après leur traitement, en œuvrant aux innovations thérapeutiques et en structurant un suivi, aussi long que nécessaire, personnalisé et accessible.

Quelques chiffres extraits du document :

  • 2300 enfants (de 0 à 17 ans) nouvellement atteints chaque année par un cancer (dont 450 cas chez les 15 à 17 ans)
  • 7 (et bientôt 5) organisations interrégionales de recours (OIR) reconnues par l’institut national du cancer
  • 2 registres pédiatriques nationaux qui recensent tous les cas de cancers des enfants
  • Le droit à l’oubli des jeunes adultes (de 18 à 21 ans) passe de 10 à 5 ans
  • 5 M€ supplémentaires par an dédiés à la recherche fondamentale sur les cancers pédiatriques pour enforcer la recherche française via 7 appels novateurs

Pour télécharger le document : La lutte contre les cancers pédiatriques en France : enjeux, actions et perspectives


Source : INCa