Fin du Dry January : et si c’était plutôt un nouveau départ ?

24% des Français·e·s ont affirmé vouloir relever le défi en 2022. Et si ce mois « sec », qui vise à revoir sa relation à l’alcool en faisant une pause dans sa consommation, n’était pas une fin, mais un début ?

Des effets immédiats sur la santé

Depuis, la 1ère édition lancée en 2013 par Alcohol Change UK en Grande-Bretagne, les chercheurs en ont évalué les effets bénéfiques :

  • une peau fraiche et plus belle
  • un sommeil amélioré donc plus d’énergie
  • une perte de poids
  • une économie d’argent
  • une meilleure santé puisque l’arrêt durant un mois fait un bien considérable au corps.

Un changement enclenché en seulement un mois ?

Comme le Moi(s) sans Tabac, cette campagne, portée cette année par 40 associations et quelques municipalités, connaît un succès croissant. Il faut souligner que l’accompagnement et le côté ludique sont fortement mis en valeur, notamment avec une application qui compte l’argent et les calories économisés.

Les résultats parlent d’eux même :

  • 2/3 des participant·e·s, boivent moins souvent, même 6 mois après la fin du défi
  • 8 % d’entre-eux ne reprennent pas l’alcool.

Réduire sa consommation, c’est aussi prévenir les 7 cancers liés à l’alcool

En France, la consommation d’alcool est à l’origine de 49 000 décès par an, dont 16 000 causés par 7 cancers :  cavité buccale, pharynx, larynx, œsophage, côlon-rectum, foie et cancer du sein chez les femmes.

Or,

  • 86 % de ces cancers attribuables à l’alcool sont associés à une consommation « à risque et excessive », soit plus de deux boissons alcoolisées par jour
  • une consommation « légère à modérée » (jusqu’à deux verres d’alcool par jour) représente « 1 cas sur 7 ».

Dès lors, il est évident que cette prévention basée, sur la réduction des risques et non pas une abstinence totale comme lue parfois, sera précieuse pour éviter les cancers liés à l’alcool dans le futur.

Alors pourquoi ne pas modérer sa consommation d’alcool, plus seulement en janvier, mais tout au long de l’année ?


Pour en savoir plus : le site du Dry January – Le Défi de Janvier