Mars bleu : un mois pour sensibiliser au cancer colorectal

mars bleu cancer colorectal

Piloté par le Ministère de la santé et l’Institut national du cancer, en partenariat avec le Ministère en charge de la santé et les régimes d’assurance maladie (CNAMTS, MSA et RSI) cette opération vise à sensibiliser la population et les professionnels de santé à l’importance du dépistage. On vous explique les enjeux …

Un type de cancer « paradoxal »

Le cancer colorectal est à la fois très fréquent, très létal et pourtant détecté tôt, il est guéri dans 9 cas sur 10.

En effet, en France, il touche 43 000 personnes et provoque 17 000 décès chaque année. C’est le 3ème cancer le plus fréquent et le 2ème le plus meurtrier.

Pourtant, dans plus de 80% des cas, il s’agit d’une tumeur bénigne qui évolue lentement d’où l’importance d’un dépistage précoce.

Qu’est-ce que le CCR ?

Le cancer colorectal se développe à partir des cellules qui tapissent la paroi interne du côlon ou du rectum. Le plus souvent, ces tumeurs malignes proviennent d’une tumeur bénigne, appelée polype adénomateux, qui évolue lentement et finit par devenir cancéreuse.

Le risque d’être atteint du cancer colorectal augmente avec l’âge, 8 décès sur 10 surviennent chez les personnes de 65 ans et plus.

Quels sont les facteurs de risques ?

Parmi les facteurs de risque identifiés et donc évitables, il y a :

  • une consommation d’alcool excessive
  • le tabagisme,
  • la sédentarité et l’inactivité physique,
  • le surpoids et l’obésité,
  • une alimentation faible en fibres, excessive en viande rouge ou en viandes transformées

Le dépistage organisé du cancer colorectal

Un courrier est envoyé tous les deux ans par le Centres régionaux de coordination des dépistages des cancers à toute personne entre 50 et 74 ans, les invitant à consulter le médecin traitant qui remettra un test de dépistage gratuitement.

Ce test rapide et indolore, à faire soi-même, consiste à rechercher du sang invisible à l’œil nu. Désormais plus performant, il détecte 2,5 fois plus de polypes et 2 fois plus de cancers.

C’est seulement en cas de résultat positif (4,5 % des cas) qu’une coloscopie est alors prescrite.

​C’est le médecin traitant qui déterminera le niveau de risque et orientera vers la modalité de dépistage adaptée à chaque situation.

Un outil 100% virtuel et ludique pour se familiariser à l’importance de la prévention


Lancé en 2021 par la Ligue contre le cancer, un outil ludique et animé par le regretté Professeur Axel Kahn, le « Côlon Tour Virtuel » aborde la prévention des cancers colorectaux, leur dépistage ainsi que leur prise en charge.

Gratuit, il est accessible via un ordinateur ou un smartphone