Publication INCa : Survie des personnes atteintes de cancer entre 1989 et 2018

L’INCa vient de diffuser une étude “Survie des personnes atteintes de cancer en France Métropolitaine 1989-2018”. Celle-ci inclue les estimations de survie de 22 sous-localisations anatomiques ou histologiques telles que les cancers de la vésicule et des voies biliaires ou le glioblastome, ainsi que des estimations de survie, 20 ans après le diagnostic.

Voici en quelques chiffres extraits de cette étude :

  • L’analyse des données a porté sur 50 tumeurs solides et 23 hémopathies malignes.
  • Pour les tumeurs solides, il existe une grande disparité des probabilités de survie à 5 ans allant d’un pronostic très favorable pour le cancer de la thyroïde (96 %), au pronostic le plus défavorable pour le glioblastome (sous-type de tumeur du système nerveux central) et le cancer pulmonaire à petites cellules (tous deux à 7 %). 
  • Il existe des différences de survie en fonction du sexe en faveur des femmes pour la quasi-totalité des cancers étudiés qui peuvent s’expliquer notamment par une sensibilisation plus marquée des femmes à la prévention et au dépistage ainsi qu’une exposition plus forte des hommes aux principaux facteurs de risque de cancers (notamment le tabac et l’alcool).
  • L’âge au diagnostic joue également un rôle important dans la survie du patient.
  • Une amélioration de la survie nette à 5 ans pour 35 des localisations de tumeurs solides (sur 41 étudiées) et pour 10 hémopathies malignes (sur 18) a été observée sur l’ensemble de la période de l’étude. Ces améliorations sont plus ou moins marquées selon l’âge.
  • La survie nette à 20 ans est relativement stable pour les cancers de pronostic favorable à 5 ans. Pour d’autres, une diminution de la survie nette entre 5 et 20 ans est observée pour les personnes âgées de 70 ans au diagnostic.

Source : INCa