Cancer du col de l’utérus : la prévention passe par le dépistage et la vaccination

Á l’occasion de la Semaine européenne de prévention du cancer du col de l’utérus, Santé publique France et l’INCa ont publié un communiqué de presse commun pour rappeler le rôle essentiel du dépistage et de la vaccination dans la prévention de ce type de cancer.

En effet, si chaque année 3000 femmes développent un cancer du col de l’utérus et 1100 en meurent, pour l’OMS, ce cancer pourrait être totalement éliminable grâce à deux interventions efficaces et complémentaires : le dépistage et la vaccination, qui prévient les infections à papillomavirus humains (HPV) inclus dans le vaccin.

Un dépistage insuffisant

59% des femmes de 25 à 65 ans ont été dépistées pendant la période 2018-2020. Ce taux de couverture varie fortement selon l’âge et les territoires : elle est de l’ordre de 65% entre 25 et 45 ans et diminue ensuite de manière importante avec l’âge à partir de 50 ans pour tomber à 45% chez les femmes de 60-65 ans. Certains départements franciliens (93, 94 et 95) ont les couvertures vaccinales les plus faibles de la métropole (<50%).

La couverture est insuffisante à tous les âges et sur l’ensemble du territoire et loin des 70% préconisés par l’Union européenne.

Une vaccination en deçà des attentes

Actuellement recommandée chez les filles et les garçons âgés de 11 à 14 ans (avec un rattrapage vaccinal possible jusqu’à 19 ans), la vaccination contre les HPV permet de prévenir les infections génitales à HPV à l’origine d’environ 90% des cancers du col de l’utérus et à l’origine d’autres cancers des voies génitales et de la sphère ORL.

La couverture vaccinale du vaccin contre les HPV chez les adolescentes est en progression depuis plusieurs années mais elle reste insuffisante. En 2020, elle était estimée à 41% pour une dose à 15 ans (vs. 35% en 2019) et 33% pour le schéma complet à 16 ans (vs. 28% en 2019).

Rappelons que la vaccination des garçons est également recommandée depuis 2021 afin de réduire la transmission des papillomavirus et protéger vis-à-vis des maladies liées aux HPV qui ne se limitent pas aux cancers du col de l’utérus..

Une sensibilisation indispensable

Sensibiliser au dépistage du cancer du col de l’utérus est donc indispensable. Courriers d’information sur l’examen, podcast, outil interactif pour les professionnels de santé, l’INCa se mobilise pour mieux faire connaître les enjeux de se dépistage. Cette démarche de dépistage est complémentaire d’une stratégie de prévention via la vaccination contre les HPV.


Source : Santé publique France