L’INCa publie son rapport scientifique 2019 : les actions de recherche en cancérologie

L’Institut national du cancer publie son 14e rapport scientifique présentant les actions de recherche en cancérologie.

Ce 14e rapport au Conseil scientifique de l’Institut national du cancer présente les actions menées en 2019 par l’Institut national du cancer (INCa) et l’Institut thématique multi-organismes Cancer de l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé (ITMO Cancer-Aviesan). Ce rapport a pour objectif pour les membres du Conseil scientifique de passer en revue les actions entreprises pour conseiller et guider l’Institut dans l’élaboration de ses programmes et de ses initiatives. Il se compose de trois parties :

  1. Le Conseil scientifique international de l’Institut,
  2. Les actions de la recherche en cancérologie en 2019,
  3. Les orientations stratégiques de la recherche.

LES ACTIONS DE RECHERCHE EN CANCÉROLOGIE EN 2019

L’année 2019 reste, pour l’Institut national du cancer, une année singulière à plus d’un titre. En effet, elle signe la fin du troisième Plan cancer et atteste, grâce à l’élaboration d’un projet de stratégie décennale de lutte contre les cancers, de la volonté des pouvoirs publics d’inventer un nouveau modèle de mobilisation et d’action. La réflexion collective entourant ce nouveau projet s’est, évidemment, appuyée sur le bilan consolidé du Plan cancer 2014 – 2019.

L’engagement financier sur 2019 représente 90,32 M€ qui se décomposent de la façon suivante :

  • 35,99 M€ pour le soutien à la biologie et sciences du cancer (40 %) ;
  • 29,06 M€ en recherche clinique et le soutien à l’accès aux innovations (32 %) ; 
  • 15,55 M€ pour le soutien à la recherche en SHS-E-SP (17 %) ; 
  • 9,72 M€ en recherche translationnelle et intégrée (11 %).

De nombreuses actions ont été menées tout au long de cette année riche, le rapport revient notamment sur :

Les différents programmes dédiés au soutien à la recherche en biologie et sciences du cancer proposés par l’INCa et l’ITMO Cancer d’Aviesan ; 

  • L’évaluation du programme Émergence des Cancéropôles ;
  • La labellisation de 16 CLIP² dont 7 présentant une activité pédiatrique ; 
  • Les programmes de formation dédiés à la recherche fondamentale, translationnelle et en SHS-E-SP. 

Par ailleurs, depuis 2019, le ministère de la recherche a alloué un financement supplémentaire de 5 M€ pour soutenir la recherche fondamentale sur les cancers de l’enfant afin de proposer de nouvelles actions dédiées. Dans ce cadre, quatre nouveaux programmes ont été lancés en 2019 et 2020.

LES ORIENTATIONS STRATÉGIQUES DE LA RECHERCHE

Cette partie du rapport présente les axes stratégiques proposés par l’Institut national du cancer, en conformité avec le Plan cancer et les recommandations émises par le Conseil scientifique international de l’INCa

  • valoriser les effets bénéfiques des actions antérieures et définir les mesures à mettre en œuvre pour développer la recherche fondamentale et translationnelle (financements de projets de recherche et structuration) ;
  • proposer de nouveaux types d’essais cliniques, notamment en ce qui concerne l’évaluation des thérapies ciblées ;
  • soutenir financièrement la recherche en SHS-E-SP et la création de réseaux de chercheurs, promouvoir et diffuser les connaissances, et enfin évaluer les dispositifs de financement ;
  • renforcer les politiques d’évaluation et de science ouverte afin de promouvoir une recherche et une innovation responsable, accessible, transparente et pertinente ; 
  • poursuivre et renforcer les actions de recherche ambitieuses en cancérologie pédiatrique ;
  • renforcer les coopérations européennes et internationales afin de mutualiser nos actions et maximiser les potentiels impacts pour tous.

LES GRANDS PRINCIPES DE LA FUTURE STRATÉGIE DÉCENNALE

Les trois défis majeurs qui s’imposent pour la prochaine décennie visent l’amélioration de la prévention, la limitation des séquelles et l’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par la maladie et enfin, la lutte contre les cancers de mauvais pronostic, chez l’adulte et chez l’enfant.


Source : INCa